Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jacques Louvain, peut-être

par Dominique Boudou, carnets, extraits, en-cours etc.

26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 11:04

Un conte pour enfants sans la lettre e.

 

Mon chat Pompadour, divin marquis dans son couffin cossu, grimpa sur un banc au fond du jardin. Il avala un limaçon qui passait par là. Un ouragan, ayant tout vu, gronda.

- Vilain chat ! Vomis ton limaçon ou tu vas mourir !

Pompadour, qui n'avait plus faim, ricanait dans son poil froufroutant. Il bondit d'un mur au toit du voisin puis apostropha l'ouragan.

- Tu fais quoi là ? A rugir pour un asticot sans gras ? Ca vaut pas un radis, ton truc ! J'y crois pas.

L'ouragan, surpris, baissa d'un ton.

- J'ai faim, moi aussi.

- On dirait pas.

- J'ai maigri. Parti du Canada au mois d'avril, mai puis juin m'ont vu au Nicaragua, au Chili. Un travail colossal. J'ai abattu cinq tours à Toronto, dix à Santiago.

Pompadour, dont la toison d'or frissonnait d'un grand plaisir, n'ajouta pas un mot. L'ouragan n'avait pas fini son discours, pour sûr.

- J'ai mal partout. Aux bras, au cou ! Mon poumon droit pâtit. Mon côlon itou. L'air du Canada, l'air du Chili, si corrompus, m'ont occis.

Pompadour poussa un long soupir. Il avait, jadis, connu la faim dans un sous-bois obscur. Il avait craint la mort. Mais l'ouragan valait-il qu'on l'aidât ? Lui qui ruinait, massacrait tout pays où il soufflait !

Un papillon trottinait au bord du toit, montrait son habit blanc à ronds noirs. Un parfum d'acacia avait soudain jailli du sol. Il flottait dans la foison du soir naissant. L'ouragan l'aspira, tituba, voulut dormir.

Pompadour, trop bon qui sait, s'apitoya. Il nourrit l'ouragan du papillon puis lui offrit un grillon.

- Va, dit-il, ton poumon droit souffrira moins d'ici trois jours.

L'ouragan fut pris d'un vibrant sanglot dont il fit un chant d'amour.

- Plus jamais la mort, promit-il, ni à Santiago, ni à Toronto.

Pompadour, satisfait, cracha son limaçon toujours vivant. L'animal tordu galopa jusqu'à l'humus sous l'acacia odorant. La nuit tomba. Un vasistas s'ouvrit alors dans la maison du voisin. L'ouragan y dormit un an. Pompadour parfois l'accompagnait. Un chat, un ouragan, blottis corps à corps dans la paix. Voilà un roman touchant, oui, touchant.

 

Les mots difficiles :

froufroutant, qui fait du bruit comme un tissu, satin ou soie

apostropha, interrogea

pâtit, souffre

côlon, organe du corps humain

itou, aussi

occis, tué

Partager cet article

Repost 0
Dominique Boudou - dans Carnets
commenter cet article

commentaires

Brigitte Giraud 26/03/2012 14:31


Quand la contrainte est espace de liberté... Dans ce cas-là, d'accord !