Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jacques Louvain, peut-être

par Dominique Boudou, carnets, extraits, en-cours etc.

29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 11:34

Je pourrais découper une bougie en cinquante-deux parties égales, en planter une sur un mini éclair et hop ! fête pour Jacques Louvain. Mais le coeur n'y est pas. Celui qui bat dans ma poitrine ne m'appartient pas tout à fait. Il y a dans ses pulsations des ruptures inconfortables. J'attends une amélioration notoire pour la deuxième semaine. Dès que j'ai un moment de libre, je multiplie les captures de mouches. Hier, rarissime prouesse, j'en ai attrapé deux d'un coup. Prendre la mouche, que je me suis dit en rigolant. Je l'ai noté sur mon livre blanc qui n'est déjà plus tout à fait blanc.

Puis, tout à trac, j'ai demandé à ma femme si elle m'aimait. Elle a ouvert une bouche si ronde qu'on aurait dit un tuyau. On s'est assis sur le canapé et on s'est caressés un peu.  Elle m'a dit que je ne lui avais pas demandé si elle l'aimait depuis au moins cinq ans. Elle a dit aussi que j'avais moins de cheveux blancs qu'avant. Sur le moment je n'ai pas réagi. C'est quand je me suis aperçu dans la vitrine du boulanger. Le choc. Ma femme a raison. La plupart de mes cheveux blancs ont disparu. Est-ce dû au fait que je suis désormais Jacques Louvain ? Ou s'agit-il d'un caprice de la nature ? J'étais tellement troublé que la boulangère m'a fait répéter ce que je voulais comme pain. Elle va vraiment finir par croire que je vais mal. 

Je ne suis pas rentré tout de suite. J'ai fait plusieurs fois le tour du quartier en espérant que la marche m'aiderait à mettre de l'ordre dans ma tête. Si mes cheveux blancs retrouvaient leur couleur châtain, ma peau retendue effacerait-elle mes pattes d'oie, mes yeux repolis verraient-ils à cent mètres au lieu de cinquante, mon sexe fatigué jouerait-il plus souvent au gendarme ?

J'ai regardé les gens autour de moi. Certains vivaient peut-être la même situation. Interloqués tout pareil. M'épiant, qui sait, pour vérifier si moi aussi. Alors je me suis mis à courir comme jamais je n'avais couru. Mes jambes avaient une allonge terrible. Aucun grain de sable ne craquait aux jointures. Expert en capture de mouches, j'allais devenir un athlète tout à fait honorable. Rien n'arrêterait plus Jacques Louvain dans sa progression vers les sommets de la lumière.

C'est alors qu'un policier m'a mis la main sur l'épaule et m'a ordonné de le suivre à l'arrière de son estafette.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

C comme Corinne 12/02/2011 09:35



Muer, courir...dans la norme, ça ne peut être qu'une fuite, un délit. Jacques ne peut être que coupable !



Gilbert Pinna 30/01/2011 09:51



Sur le visage, ces glissements, ces craquements et des fois, cette lueur comme une rivière.



z 30/01/2011 01:46



....   et après ?  (ce JL est un maître du suspens...)



brigitte giraud 29/01/2011 17:16



Salaud de flic ! Il avait repéré quoi donc ? j'attends la suite...