Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jacques Louvain, peut-être

par Dominique Boudou, carnets, extraits, en-cours etc.

14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 11:35

Ricoh tient serré le tractopelle. Les chenilles arrachent à la terre des plaintes résignées. Parfois, dans la saignée, un bloc plus dur lance des étincelles. Ricoh se bat. Ricoh s'est toujours bien battu avec un tractopelle. 

Va pas t'échapper putain, creuse droit, les machines je suis plus fort qu'elles, je suis Ricoh, dompteur de chevaux sauvages à Oulan Bator. L'an dernier, j'ai gagné dix mille tugriks dans une exhibition et un descendant de Kubilaï est venu m'embrasser, tu peux pas imaginer. Les applaudissements des sphinx enturbannés, les youyous des femmes en liesse et toutes ces fleurs d'aubépine qu'elles m'ont jetées quand j'ai fait le tour de l'arène, tu peux pas imaginer. Toi, t'es condamnée à creuser droit, tête baissée, toujours plus bas dans les entrailles, moi, tu vois, c'est les étoiles que j'étreins, j'ai la taïga dans les yeux.

Et Ricoh, soudain dressé sur son siège, le regard haut défiant les tours de la cité, retrousse sa manche gauche et fait un bras d'honneur.

Carpe diem.

 

Amzer al Kriss, avec tout le mal qu'il s'est donné pour que soient bien bleus les soleils sur les buses, à voir son oeuvre enterréé si vite par les gogols du chantier, il en étoufferait de rage. Revanche, crie son coeur, plus d'audace dans la béance des sexes, peindre aussi de grosses bites roses sur le rouleau du compresseur, ça doit pouvoir se faire puisque le cave qui dort dans sa cage se barre pour le week-end, et la marque du tractopelle, Liebherr, ça se détourne un mot pareil, lieben, ich liebe, on n'arrête pas le fleuve de l'amour.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marie-claude 17/12/2011 17:12


rêve de l'un, rage de l'autre ...


et le chantier progresse ...


amitié .