Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jacques Louvain, peut-être

par Dominique Boudou, carnets, extraits, en-cours etc.

6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 16:38

Toute la nuit des aiguillages dans ma tête et au réveil l'impression qu'elle a doublé de volume. Le cerveau de Jacques Louvain et le cerveau de Dominique Boudou s'affrontent en un mortel combat ferroviaire. Voies de passage et traverses. Voies d'évitement. Voies de service. Voies de classement. Tringles de manoeuvre et tringles de connexion. Mais pas de train sur les rails. Que du ballast gris blanc qui bouillonne sous mes tempes.

J'ai bu un filet d'eau au robinet de la salle de bain et j'ai regardé ma femme dormir. Sa respiration régulière dénotait un sommeil tranquille. Ses cheveux s'étalaient sur l'oreiller avec le même calme. Je me suis dit qu'elle n'avait pas rêvé d'aiguillages chimériques. Puis j'ai repensé à son aveu. Et tout m'a paru différent dans la chambre. Les chiffres défilaient au ralenti sur le radio-réveil. Le rideau de la fenêtre semblait soutenu par un souffle à travers mailles. J'ai imaginé que les robes dans la penderie changeaient de forme et de couleur, qu'elles se préparaient à devenir quelque chose d'autre qui conviendrait au désir de ma femme de n'être plus soi.

Puis je suis sorti pour acheter le pain et le journal, sans m'apercevoir que je n'étais ni lavé ni rasé. La boulangère n'a rien dit mais la buraliste si. Elle m'a trouvé mauvaise mine, m'a demandé si ça se passait toujours bien au lycée. En guise de réponse, j'ai acheté des pastilles à l'anis que j'ai mangées assis à l'arrêt du tram. Tac ! Tac ! Bec de poule ébourriffée ! Les yeux en même temps sur la une du journal. Dévorée par une photo montrant des gens en robe noire sur les marches d'un palais. En bas à gauche un rectangle insolite annonce la naissance d'un bébé médicament qui servira de boîte à outils à son frère malade.

Des aiguillages ont de nouveau grincé sous mon crâne et j'ai senti comme une poussée dans mes oreilles. Un convoi sans fin allait-il en jaillir ? Emporter Jacques Louvain loin loin, plus loin encore, laisser sur le banc la dépouille de Dominique Boudou ? Mes yeux se sont fixés aux rails du tram et leur simplicité m'a rassuré. Le chemin est droit. Tout droit. Pas de voie d'évitement. Pas de voie de classement. Tout droit. Une ligne qui n'en finira jamais d'ajouter un point aux points. Je me suis dit que les robes de ma femme dans la penderie avaient terminé leur mutation et que c'était le bon moment pour moi. Prendre le convoi qui assourdissait mes oreilles. Partir.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

clovis simard 08/02/2011 21:46



Bonjour,


Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.
      
Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.


La Page No-5: ZEN !


THÉORÈME ZEN ? LE ZEN C'EST MATHÉMATIQUES ?


Cordialement


Clovis Simard



marie-claude 08/02/2011 17:17



oui, les hommes en robe noire sont bien sur les marches du palais, oui le bébé médicament a vu le jour, mais Dominique n'est pas encore bien aiguillé, trop de rails entrelacent son "égo", il
reste en gare ...


Jacques, lui prend le tram !


amitié . 



brigitte giraud 08/02/2011 15:35



On assiste à l'envolée de Jacques Louvain, dans tous les sens des mots, à l'horizon des rails. On suit son regard qui pense !