Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jacques Louvain, peut-être

par Dominique Boudou, carnets, extraits, en-cours etc.

31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 08:55

A quatre heures du matin, las de rebattre des draps sans sommeil, je me suis levé pour écrire dans mon livre blanc. Après mes observations météorologiques, nuit claire presque chaude et sans vent, j'ai noté ce fait divers : Un nouveau-né trouvé mort dans une poubelle à Nancy.

Je suis resté longtemps en arrêt avec mon stylo dressé vers le plafond. J'ai imaginé la fuite de l'encre au fond de la mine. Son éventuel débordement. Coulures. Taches. Des papillons, peut-être, à y voir, comme dans les tests qu'on fait passer aux malades. 

Dominique Boudou aurait mal contenu son émotion en évoquant ce bébé. Il aurait plaint l'infanticide, trop seule, confite en sa détresse. Il se serait adonné au voeu pieux d'une société plus humaine, qui ne toucherait jamais aux gosses.

Moi, ce qui m'intéresse, c'est la poubelle. Il en existe de toutes sortes, n'est-ce pas ! Des individuelles et des collectives. Des qui sont régulièrement désinfectées et d'autres à l'abandon. Des à l'air libre. Des enfermées derrière le mur humide d'un sous-sol. Des grises. Des vertes.

Jacques Louvain n'est pas moins émotif que Dominique Boudou. Il aura comme tout un chacun des bouffées de voeux pieux quand sa vie s'installera vraiment dans la vie. Le nouveau-né de Nancy, c'est évident, est un déchet. Découvert à temps, il ne connaîtra pas les affres d'une broyeuse mais finira, après autopsie, dans l'incinérateur d'un hôpital. Sa disparition sera plus propre, accompagnée d'un peu de pitié. Aussi, j'en reviens à la poubelle. Je me dis que l'infanticide l'a bien choisie. Elle a enveloppé son bébé dans un linge propre et opté pour une poubelle verte. Sans souillures de mauvaises nouilles au ketchup. Une poubelle où il n'y a que des bouteilles en plastique, des cartons d'emballage et des vieux magazines. Maintenant que Jacques Louvain s'interdit de cracher sur les escaliers il souhaite la propreté à tout le monde. Il ne veut pas que la mort sente mauvais.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

z 03/04/2011 17:08



Jacques Louvain aimerait peut-être le film Bernie, de et avec Albert Dupontel. L'homme abandonné bébé dans une poubelle, et qui part à la recherche de son identité - en commençant par la
poubelle.



C comme Corinne 12/02/2011 09:51



Suzanne disait "Il est bien, il est propre sur lui".



ta soeur 07/02/2011 19:22



Oh Jacques, il existe des poubelles propres ? pas pour moi, toujours, même si sa couleur est tintée d'espérance. La propreté du linge, ne nettoie rien. Même après l'incinération, tout cela sent
mauvais, tu ne trouves pas ?


 



PhA 02/02/2011 18:25



La propreté comme dernière préoccupation, au-delà de l'au-delà, c'est bien vu.



brigitte giraud 31/01/2011 15:36



Jacques Louvain ou le poète mélancolique. Oui, psychanalitiquement, Jacques Louvain pourrait être un mélancolique contemplatif. Je le vois ainsi. Epongeant le monde de son troisième oeil.