Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jacques Louvain, peut-être

par Dominique Boudou, carnets, extraits, en-cours etc.

2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 18:23

Il y a cependant dans chacune de tes fibres une énergie qui me subjugue. Je ne crois pas que seule ta volonté y préside. Tu l'avais déjà quand tu es née. L'expliquer par l'héritage génétique serait également trop facile. Je préfère imaginer que cette énergie puise sa source dans l'expérience de la mort que tu as faite alors que tu n'avais qu'une semaine de vie. A la fin des années cinquante, une coqueluche pouvait encore expédier ad patres le plus robuste des bébés. Or, robuste, tu ne l'étais guère. Quelque chose en toi a lutté pendant plus de quinze jours et tu as fini par t'en sortir. Ce quelque chose qui a lutté, on ne peut pas savoir sa nature. Existe-t-il un désir de vivre quand on n'a qu'une semaine ? Faut-il plutôt s'en remettre à la nébuleuse du hasard ? A l'hypothétique loi de la nécessité qui ferait que tout organisme s'emploie à son développement dès qu'il naît ? Je ne sais pas. En revanche, puisque tu me l'as maintes fois répété, je sais que ta mère a veillé tes fièvres jour et nuit. Pour le meilleur et pour le pire. Surtout pour le pire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marie-claude 10/09/2012 07:52


D'où vient cette force de vouloir vivre ?


souvent j'imagine ce spermatozoïde qui parmi tant d'autres s'évertue à vouloir déjà être celui qui l'emportera ...


serait-ce de lui ?

laurent 03/09/2012 11:51


Contrairement à certains, je parle pour ceux qui écrivent,  je ne pense pas que la réponse soit dans l'écrit, elle est une orientation.


Le fait de se retrouver seul, face à soi même, avec ce que l'on connait, ce que l'on connait pas permet de comprendre. Pour mon opinion personnelle, tout est dans la pensée, et l'histoire à nous
faire voyager dans les sens nous aide devant nos interrogations de se rapprocher d'une certaine forme de vérité que l'on devine ou que l'on croit deviner.