Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jacques Louvain, peut-être

par Dominique Boudou, carnets, extraits, en-cours etc.

19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 14:07

Je ne sais pas encore que je suis malade mais je pressens que quelque chose ne va pas. Un quelque chose de tout petit logé dans un creux de ma chair. Appelé à grossir. Sans douleur au début. Pas même un renflement sur la peau. Puis. Puis. Et c'est comme ça que le paysage se transforme en menace. L'idée qui persiste d'un mauvais grain au ventre alourdit les arbres de la place, ferait pour un peu chanceler les façades. Je m'éloigne des rues en direction du fleuve. L'eau peut-être, plus sûre que la pierre. Elle me rappelle que je sais nager. Elle me rappelle que savoir nager est la seule chose dont je sois finalement assez fier. Mon apprentissage fut si tardif que je dus imposer à mon corps une volonté farouche et j'aime à m'en souvenir. Si la joie est un édifice à construire, ma connaissance même modeste de la natation est un bon ciment. Je passe à côté d'un groupe de vieux qui jouent à la pétanque. Ils ont posé des bouteilles de vin et des gobelets sur le couvercle d'une glacière. Ils parlent peu. L'un d'eux, un peu en retrait, fume la pipe. Il me sourit. Il devine que je suis moi aussi un homme en retrait. Qui va dissoudre ses pensées dans les nappes du fleuve.

Un train s'engouffre sous le tunnel de l'autre rive. Je ne vois de lui qu'un trait fragile. Je l'entends surtout. Le bruit qu'il fait me semble plus solide. Nous avons tellement besoin de solidité, toi et moi. Quand je t'aurai enfin parlé de Jacques Louvain et si tu acceptes le principe d'un changement d'identité, il faudra bien te trouver un nom. Ce ne sera pas une mince affaire. Tu auras plus d'exigences que moi. Tu voudras être sûre à cent pour cent que le nom que tu auras choisi ne te trahira pas. Tu mettras peut-être plusieurs mois à te décider. Alors que le temps presse. D'autres plis se sont formés à ton aine et sous tes bras. J'ai même l'impression que tes yeux ont rétréci. Je sais que c'est impossible, les yeux ne rétrécissent jamais, ils gardent un volume identique de la naissance à la mort et c'est d'ailleurs ce qui confère aux bébés un visage parfois inquiétant, mais cette impression est une vraie glue qui me hante. Si tes yeux rétrécissent, il y aura un vide dans tes cavités oculaires, qu'il faudra combler. Aucune médecine ne peut intervenir sur la masse des yeux. Il faudrait recourir à la chirurgie esthétique. Afin de remodeler tes orbites. Je n'entends plus le bruit du tram. La berge du fleuve, où s'enchevêtrent des taillis humides, se couvre soudain d'une boue plus rouge. Je me replie vers les joueurs de pétanque. Une boule s'élance. Elle scintille comme un astre furtif. Puis s'écrase dans un ahan poussif. Elle a raté sa cible.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marie-claude 22/09/2012 06:58


il est parfois bon d'être "un homme en retrait", de regarder le cours de sa vie défiler comme si nous n'en faisions pas partie, de laisser dissoudre ses pensées dans les nappes d'un fleuve, celui
de la vie passée ... et de voir couler l'eau ...


amitié .