Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jacques Louvain, peut-être

par Dominique Boudou, carnets, extraits, en-cours etc.

7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 18:07

Je suis de nouveau à la terrasse du Voltigeur. Trois mois ont passé. C'est le moment de dresser un premier bilan de mes tentatives de joie. J'ai prévu une feuille de papier et un stylo. J'ai écrit une dizaine de tirets, chacun séparé d'un centimètre. C'est un commencement qui me plaît. Les tirets forment une échelle sur laquelle j'ai envie de monter. Sauterai-je un barreau ? Plusieurs ? Je reste le stylo en l'air, avec cette question qui se dilue peu à peu dans ce que je vois du paysage. Canicule d'août. Coulures de glaces à trois boules le long des babines enfantines. Touristes perdus derrière des lunettes noires. Carrosseries des voitures plus bouillantes que des cocottes. Ce soir, à la télévision régionale, un journaliste sans inspiration dira qu'il a fait si chaud qu'on aurait pu faire cuire un oeuf rien qu'en le posant sur le capot.

Je n'ai pas revu la femme de quarante ans. Je ne me souviens pas de son visage. Seulement de sa voix. Pourtant, si je la rencontrais, ses traits me diraient immédiatement quelque chose, alors que sa voix peut-être pas. Je range mon stylo et ma feuille de papier dans la poche de mon pantalon et je m'amuse à regarder les femmes de quarante ans qui passent devant moi. Il n'y a pas si longtemps, c'était un âge déjà presque vieux. Le corps avait perdu toute son insolence. Les seins tombaient. Aujourd'hui, quand on n'est pas malade, la peau résiste mieux. L'esprit en revanche se bourre de cachets. C'est l'amour qui coince. Une arête dans le gosier de l'amour et on ne sait pas comment l'extraire. Si je revois la femme de quarante ans je lui poserai la question. Avez-vous une arête dans le gosier de l'amour ? Je peux essayer de l'enlever si vous voulez. Vous n'aurez pas mal. Au contraire. Que du soulagement.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

C commecorinne 18/11/2012 09:00


Oui, monsieur l'oiseau, j'ai une arrête dans le gosier de l'amour. J'ai beau chercher, je ne sais plus à quel moment et comment elle est venue se ficher là...

marie-claude 10/09/2012 08:19


les tirets de la vie que certains sautent parfois comme les barreaux d'une échelle ...


les coulures d'une glace qui marquent les joues enfantines aux chaleurs d'un été ...


les arêtes possibles aux gorges de l'amour des quadragénaires ...


Mais vivre le présent  ...