Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jacques Louvain, peut-être

par Dominique Boudou, carnets, extraits, en-cours etc.

5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 15:03

Je n'ai pas le temps, là, d'écrire sur la lectrice de la ligne B. Je vous offre quelques vers de Battre le corps. Il y aura vraisemblablement un livre mais l'éditeur souhaite qu'il y ait davantage de textes. Si l'ouvrage paraît, en principe en 2013, je le dédierai au professeur Claire Sériès et aux patients/patientes de son service.

 

Tes pas la nuit dans la maison

Quand penser ne peut plus rien

Contre les ombres qui t'effacent

Marcher encore

Jusqu'à devenir sans visage

Dans le mouvement des plaies

Mon corps ne tient plus le tien

La nuit va fondre mes mots

Tu vas tomber

*

Tes mains blanchies jusqu'à l'os

Autour du lait

Tenir avec ce peu

Dans le corps creusé

Pour chercher quoi parmi les fatigues

Un voile passe devant tes yeux

De la neige dis-tu

Surgie de tes anciennes tourmentes

La neige comme le lait

Improbable

*

Ton corps absent du pain

Courbé sous la fièvre

Tes yeux sont trop grands

Un train passe

Un chien aboie

Une rumeur encore

Qui rappelle ta mémoire

Sur tes lèvres sèches

*

Un fruit sur un coin de table

Livré aux meurtrissures

Et tu regardes ta peau pareil

Qui s'en va avec la faim

Je ferme les mots dans ma bouche

J'abaisse mes paupières

Ne plus voir le trou au coeur du fruit

Où tu pourrais te jeter

Partager cet article

Repost 0

commentaires

C comme Corinne 12/11/2011 19:11



les larmes sont là...ce texte est terrible et terriblement beau.



marie-claude 05/10/2011 18:29



comment comprendre ?


faut-il comprendre ?


Peut-on aider ?


peut-être suffit-il d'être là ...


tes mots ont beau être beaux, c'est dur ...


amitié .