Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jacques Louvain, peut-être

par Dominique Boudou, carnets, extraits, en-cours etc.

5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 10:34

Du crachin comme des grumeaux et la lumière a du plomb dans les ailes. J'écris pour écrire, rien d'autre. Aujourd'hui, je ne sais pas où s'en va mon vertige. Mes yeux sont trop pleins mais de quoi que je pourrais effacer. Les os craquent dans mes doigts et sur la page. Langue plus rêche que le papier des mauvais grains. Paysage impossible de l'autre côté de la fenêtre. Aucune épreuve visible de mes pensées. Terrassement partout dans mon corps. Ecrire, cette vanité quand rien ne vibre sur la peau. C'est marcher qu'il faudrait. Affronter la rumeur des trains au-delà du fleuve. Y mêler les frissons des hautes herbes, ces plumeaux dérisoires à la lisière de la boue. Inventer d'autres pas que les miens, d'autres douleurs et d'autres bonheurs. Mais aujourd'hui je ne sais pas. J'ignore ce qui m'échappe dans ce jour déchiré. Le ciel, peut-être, descendra plus bas encore, finira collé à la glaise des fondrières, comme un drap de grosse laine. Et il y aura en moi plusieurs sommeils remontés de mes enfances. Sans chimères. Sans souvenirs. Dans mes corps débranchés.

Partager cet article

Repost 0
Dominique Boudou - dans Carnets
commenter cet article

commentaires

marie-claude 06/12/2011 18:42


c'est beau à lire cette expression issue d'yeux trop pleins où rien n'est à effecer ...Si la langue est rèche, les mots glissent qui se mêlent aux herbes hautes bordant la voie ferrée, et le
train nous emporte sur le long fleuve (pas toujours tranquille) de la vie ...


amitié .